Critique de l'Humanisme contemporain

Publié le par httpslam

NB : les informations historiques citées ci-dessous sont tirées de la mémoire. Prière de me corriger les erreurs.

 

 

 

« Union entre tous les peuples »… « Valeurs humaines »… « Communauté internationale »…

 

Des termes familiers, on les entend tous les jours, sous une formulation ou une autre. C’est le nouvel Humanisme, ressuscité, adapté à notre époque. Un Messie qui annonce la suppression des frontières entre les peuples, la disparition des injustices, l’Egalité, la Liberté, la Fraternité… Bref, une nouvelle Révolution française qui mettrait fin à toutes les guerres que nous vivons, qui éliminerait le Terrorisme, et qui instaurerait un régime mondial où tous les Hommes, femmes et hommes, vivraient ensemble en Paix, indépendamment de leurs religions, de leurs patries, de leurs races.. Jolies promesses.

 

Victor Hugo avait écrit un roman mémorable, « Quatre-vingt-treize ». Il y avait mis le fruit de son analyse de la Révolution. Trois profils sont dessinés : Le marquis de Lantenac, symbole de l’ancien régime, de la Monarchie. Cimourdain, républicain acharné. Et finalement Gauvain, élève de Cimourdain, l’espoir de la nouvelle République.

L’histoire présente Lantenac comme un chef, meurtrier, fanatique de la Monarchie. Cependant, au début comme à la fin de l’histoire, il fait des gestes héroïques, qu’on ne retrouve plus dans la République. Ceci laisse Gauvain pensif, et Hugo derrière. Une longue discussion à la fin du roman entre Cimourdain et Gauvain critique la nouvelle République, trop mathématique à son goût. Une citation de Gauvain, à écrire en or : « Mettre les choses en équilibre, c’est bien. Les mettre en harmonie, c’est mieux ». Voilà ce que pense Hugo : Il ne suffit pas d’énoncer de jolies paroles sur l’égalité, l’humanisme. Il faut appliquer cela, et surtout comme il faut.  

 

Un saut en avant. Les valeurs humanistes telles qu’imaginées par Hugo n’ont jamais vu le jour dans la réalité. Plutôt, ils ont été instrumentalisées pour des fins politiques. Alors qu’on n’y croit plus en Occident, qui adopte désormais les principes de force et d’efficacité, ils parlent de plus en plus d’humanisme, mais quasi exclusivement quand ils s’adressent aux pays sous-développés. Une démarche efficace pour cacher ses vrais objectifs, surtout qu’il y a, comme c’est toujours le cas, une grande adhésion à ces paroles dans ces pays-là. Quand on est à bout, de pauvreté ou de destruction, et quand on entend un discours sur la Paix et sur le partage de la richesse entre les peuples, on ne peut qu’adhérer.

 

Et voilà donc le résultat constaté dans les pays musulmans, ciblés bien plus que les autres : Les Ulamas et les penseurs, battus moralement et physiquement, relisent les Textes Sacrés pour justifier leur adhésion à ces valeurs. De plus de 6000 versets du Coran, on ne retient plus que les valeurs de la Justice, de l’Egalité entre les hommes et les femmes, de la Liberté, de l’Equité… On travaille dans un « méta modèle », comme disent les informaticiens. Plus besoin des détails « techniques ». Les 7odoud, ce sont des détails, il faut en tirer le principe de l’Equité. Le Jihad, il faut juste en tirer le principe de la Résistance contre le mal (A les entendre parler à la Télé, je me crois entrain de regarder un dessin animé). Bref, ce serait une bonne idée peut-être si dans les Tarawi7 du Ramadan, au lieu de perdre du temps à lire le Coran, qu’on lise juste les valeurs : Liberté, Egalité, Fraternité… des dizaines de fois. Pour chaque lettre une Hasana, pourquoi pas ? Certains Ulamas inventeraient des choses bizarres !

Pour conclure, il est indispensable que l’on devienne capable de contextualiser les théories reçues. L’Humanisme, qui a surgit de la France, n’a pas été accepté par Hugo qu’après une critique sérieuse. Nous, les musulmans, avons une culture très différentes. Nous sommes liés au Ciel. Notre culture est spéciale, le Coran étant la source. Ce fut le cas pensant des siècles. Comment se fait-il alors que l’on veuille nous inculquer des valeurs étrangères, émises par une culture très différente ? C’est inacceptable. Le monde a souffert du régime mondial actuel, et de ses théories. Il attend du nouveau. Pourquoi cherchons-nous alors à adapter le Coran, Parole de Dieu, à un existant refusé ? C’est de la folie ! Et c’est une sous-estimation de Dieu, quand on le met au même niveau que les penseurs occidentaux. Soubhanah !!!

 

Cet article est loin d’être exhaustif, son but étant juste de soulever des questions sur notre position dans ce monde qui se mondialise de plus en plus… Un défi majeur à soulever, et qui commence par la définition de nos repères, de notre langage utilisé et de nos concepts.

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article