La douleur et la créativité

Publié le par httpslam

Un sentiment qui date du début de l'humanité. La douleur.

Quand l'être humain devient faible. Et quand il retrouve enfin sa vraie identité.

C'est la douleur. De la maladie, de la pauvreté, de l'errance...

Les idées les plus bouleversantes sont celles qui voient le jour à travers la douleur. Elles sont pures, car non polluées par les déchets de l'orgueil humain. Et elles sont vivantes, car elles sortent d'un coeur palpitant. C'est pourquoi elles sortent de l'ordinaire, et établissent de nouveaux concepts dans la vie. La notre.

Ce n'est pas une coincidence qu'une partie importante des réformistes aient soufflé leurs idées dans les circonstances les plus difficiles. Malades, aveugles, handicapés... Des états qui, dans l'apparence, empêchent la créativité. En réalité, elles la favorisent.

Pourquoi cela?

La douleur oblige l'être humain de revenir à soi-même. A ses propres défauts, à sa propre faiblesse. Cette vision, qui était avant dispersée sur des milliers de créatures et d'événements, se voie désormais focalisée sur une seule créature, et sur un seul événement. Il voit alors des choses nouvelles, et d'un coup d'oeil interne très puissant. Sa vision des choses prend une touche de certitude au-delà des doutes.

Et puis, il est de coutume d'attribuer ces prodiges à leurs créateurs. On oublie alors que c'est Dieu qui leurs a donné ces pouvoirs. C'est pourquoi Dieu montre sa Puissance absolue en sortant les idées les plus brillantes depuis les conditions les plus difficiles. Pour dire : "Ce n'est pas à l'inventeur que vous devez attribuer l'éloge. Il ne peut faire des prodiges dans son état normal, juste lorsqu'il est faible. C'est donc Dieu qui lui a donné cette faculté".

Publié dans Réflexions

Commenter cet article